Tout savoir sur l’abbaye de Saint-Hilaire

La France abrite pas mal de monuments ayant traversé les siècles. Châteaux, forts et églises, les bâtisses ne manquent pas aux quatre coins du pays. La plupart de ces édifices sont classés monuments historiques. S’il vous est donné l’occasion de prendre par la région Languedoc-Roussillon, plus précisément dans le département de l’Aude, la ville de Saint-Hilaire pourrait bien éveiller votre curiosité.

Cette ville est connue pour abriter en son sein l’église abbatiale de l’abbaye de Saint-Hilaire. Si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est l’occasion rêvée pour en apprendre plus. Si vous désirez tout savoir sur l’abbaye de Saint-Hilaire, alors cet article est tout indiquer pour vous.

L’historique de l’abbaye de Saint-Hilaire

L’abbaye de Saint-Hilaire ne peut être résumée à un simple bâtiment. Toute une histoire englobe cet édifice, de sa construction jusqu’aux diverses mutations qu’elle a dû connaître. Ce sont tous ses éléments qui font la particularité de l’abbaye de Saint-Hilaire.

La localisation de l’abbaye de Saint-Hilaire

L’abbaye de Saint-Hilaire compte parmi les nombreuses églises de la France. Elle se situe à Languedoc-Roussillon dans le département de l’Aude. Saint-Hilaire est également le nom de la ville où se trouve l’église. L’abbaye de Saint-Hilaire fut construite au VIIIe siècle au lieu où était implantée auparavant la chapelle Saint-Hilaire.

Tout savoir sur l'abbaye de Saint-Hilaire

Son évolution du VIe à IXe siècle

Tout au long des années, divers cultes furent consacrés au sein de cette abbaye. À ses débuts, l’abbaye était dédiée à un autre Saint que Saint-Hilaire. Il s’agissait de Saint-Saturnin, et ce, aux alentours de l’an 825.

C’est vers l’an 970 que des reliques de Saint-Hilaire furent convoyées vers l’abbaye. C’est un peu vers le IXe que les moines obtinrent le droit d’élire leur propre chef, leur abbé, et l’on doit cette évolution à Lois le Débonnaire qui en établit la charte.

Son évolution du XIIe au XIIIe siècle

Après moult péripéties, l’abbaye de Saint-Hilaire a dû faire face à de nombreuses épreuves. Ce fut le cas lors de la croisade contre les Albigeois, la guerre de 100 ans ou encore la peste noire.

L’abbaye connut une période sombre d’un point de vue financier. En 1758, l’église abbatiale de Saint-Hilaire change pour devenir une église paroissiale sur décision de Monseigneur De Bezons, évêque de Carcassonne.

L’architecture de l’abbaye de Saint-Hilaire

Pour présenter correctement l’abbaye de Saint-Hilaire, on ne pourrait faire fi des autres bâtiments qui la constituent. L’abbaye est constituée d’un cloître, d’une église abbatiale, d’un logis abbatial, d’une salle capitulaire, de deux réfectoires ainsi que d’autres pièces qui pourraient vous surprendre. L’abbaye dispose d’une partie fortifiée qui abrite une salle de garde, mais aussi une prison. Les différentes pièces qui constituent l’abbaye sont de magnifiques oeuvés, et l’histoire qui entoure la construction de certaines d’entre elles est tout aussi fascinante.

Le cloître

Classé monument historique, le cloître de Saint-Hilaire fut bâti au XIVe siècle, le cloître de l’abbaye se distingue particulièrement par ses formes. Des arcades en forme d’ogives, des colonnettes jumelées ainsi des chapiteaux taillent dans la pierre ornée de décorations. On peut ajouter à cela la présence d’un puits.

L’église abbatiale

Si l’abbaye de Saint-Hilaire fut construite au VIIIe siècle, son église n’apparut que bien plus tard au XIIe siècle. Pour information, hormis l’abbaye de Saint-Hilaire, la plupart des bâtiments annexes qui la constituent sont également classés monument historique. C’est le cas pour cette église dont la nef se compose de trois travées en forme d’ogives, d’une sacristie et d’une chapelle.

Le logis abbatial

Il s’agit d’une pièce qui était réservée à l’abbé de Saint-Hilaire. Ce dernier pouvait l’utiliser à sa guise, c’est-à-dire qu’il pouvait en faire sa chambre ou un salon particulier pour recevoir des visiteurs en privé.

Si vous avez l’occasion de visiter cette pièce, votre attention risque de se porter sur son plafond subtilement décoré avec des formes géométriques mettant en scène des humains et des animaux. De plus, ce plafond est dans un très bon état de conservation.

La salle capitulaire

Cette pièce de l’abbaye de Saint-Hilaire n’est plus du tout accessible, car son entrée est désormais condamnée. Le seul aperçu qui subsiste de cette pièce n’est qu’une fenêtre avec une porte d’entrée emmurée.

Les réfectoires

Cette pièce de l’édifice de l’abbaye de Saint-Hilaire se retrouve dans la partie sud de la galerie du cloître. Deux réfectoires furent construits au sein de l’abbaye. Chacune de ces pièces était destinée à des groupes de personnes.

L’une servait de réfectoire pour les moines, tandis que l’autre était dédiée aux personnes extérieures à l’abbaye. Pour marquer la délimitation, les deux réfectoires étaient séparés par un mur contenant une chaire de lecture d’architecture.

La partie fortifiée

Comme il en a été fait mention, l’abbaye de Saint-Hilaire a dû traverser plusieurs périodes d’instabilité. Guerres, endémies, problèmes financiers, au vu de ces situations, il était nécessaire de parer à toute éventualité.

Pour assurer sa défense, l’abbaye dut se munir de remparts et d’une herse pour protéger l’entrée du monastère. Il faut ajouter à cela la présence d’une tour de guet.

La prison

La construction de la prison démarra au même moment que celle des remparts. Cette salle servirait à emprisonner les voleurs ou autres criminels pris sur les dépendances de l’abbaye.

De nombreux soldats étaient en charge de la protection de l’abbaye et étaient placés aux différentes entrées du monastère. Encore aujourd’hui, vous pouvez découvrir ces différentes bâtisses qui ont su résister à l’épreuve du temps.

Le sarcophage de Saint-Saturnin

L’église abbatiale de Saint-Hilaire vous réserve encore énormément de surprise. En son sein repose le sarcophage de Saint-Saturnin également connu sous le nom de Saint Sernin. Il s’agit là d’une magnifique oeuvre sculptée dans du marbre blanc des Pyrénées. Réalisé par le maître de Cabestany, cet autel narre la vie de Saint-Saturnin.

Chaque côté du sarcophage est comme un livre ou est retranscrit en image le parcours de Saint Sernin. De ses premiers pas en tant qu’évangélisateur jusqu’à son dernier souffle, son histoire vous est ainsi racontée sur les quatre scènes sculptées sur le sarcophage.

Le côté droit du sarcophage

Cette partie raconte les évangiles de Saint Sernin. On y voit sa représentation avec une crosse qu’il tient à la main droite. Accompagné de ses deux disciples Saint-Honest et Saint-Papoul, ils font, tous les trois, face au livre des Évangiles ouvert.

La face avant du côté droit du sarcophage

Sur cette face, on y observe Saint Sernin entouré d’une grande foule qui accomplit sa tâche d’évangélisation. Sur cette même face, il se fait arrêter par les Romains. La raison de son arrestation est que le christianisme subissait une terrible répression en 250. Sous les pieds de Saint-Saturnin, vous pouvez y voir des représentations d’animaux qui sont supposés évoquer la barbarie et le paganisme.

La face avant du côté gauche du sarcophage

De ce côté du sarcophage, vous pouvez y observer le supplice qu’il est condamné à endurer en raison de ses croyances religieuses. Saint-Saturnin se retrouve ligoté à un taureau qui le traine dans tous les sens.

Les aboiements des chiens ainsi que les coups de piques suffisent à provoquer le taureau qui ne cesse de bouger. Malgré tout, Saint-Saturnin donne la bénédiction à de jeunes filles vierges, mais aussi à des Saintes Puelles.

Le côté gauche du sarcophage

Ce côté représente en quelque sorte le dernier chapitre de la vie de Saint-Saturnin. Il s’agit là de sa mise au tombeau. Sur la représentation, de jeunes femmes soutiennent le corps de Saint-Saturnin allongé. Son âme quitte son corps et monte vers le ciel où il est accueilli au paradis par des anges.

Son tombeau est devenu un lieu saint pour bon nombre de fidèles. C’est le cas avec la représentation de femmes qui viennent se recueillir sur sa tombe dans l’optique de réaliser un souhait.

Les légendes qui entourent l’abbaye de Saint-Hilaire

De nombreuses légendes et anecdotes sont liées à l’abbaye de Saint-Hilaire. Des légendes qui pourraient bien vous surprendre. Entre des apparitions nocturnes le soir de Noël et des batailles historiques, de nombreux récits extraordinaires font partie intégrante de l’intérêt que suscite l’abbaye de Saint-Hilaire.

La légende de la nuit de Noël dans la forêt de Crausse

Les moines de Saint-Hilaire s’étaient vu offrir le domaine de Crausse par le comte Roger de Carcassonne en l’an 981 dont ils en avaient fait un prieuré. Il fut conservé par ces derniers jusqu’en 1748. Abandonné depuis lors par les moines, il n’y avait plus âmes qui vivent en ce lieu à part une immense forêt.

Une nuit de Noël, un phénomène pour le moins surprenant se produisit non loin de l’ancienne résidence des moines. Un homme qui vivait dans la région prit par les alentours. Au cours de cette nuit froide, l’homme entendit des bruits au fur et à mesure qu’il arpentait le sentier sans aucun éclairage.

C’était le bruit des cloches ainsi que des chants pour célébrer Noël. Il était vraiment surpris, car il savait que le domaine de Crausse n’était plus habité. Toutefois, c’était bel et bien à une procession qu’il venait d’assister. Depuis ce jour, la légende raconte que les moines réapparaissent la nuit de Noël pour réaliser la procession.

Le combat du Lauquet et la légende de Saint-Hilaire

L’abbaye de Saint-Hilaire a traversé les siècles et a su résister aux multiples conflits qui se sont déroulés dans la région. Guerre, épidémie, problèmes économiques, l’abbaye a tout connu. Dans son histoire, bon nombre de batailles se sont déroulées, et l’une des plus marquantes fut le combat du Lauquet qui fut mené à la fin du Xe siècle. C’est à la suite de cette bataille que l’abbaye de Saint-Hilaire s’est retrouvée sous la protection des comtes de Carcassonne.

Cette bataille opposa deux personnes. Il s’agissait de Roger 1er, comte de Carcassonne et d’Oliba Cabreta, comte de Cerdagne. Oliba Cabreta avait pour ambition d’envahir le comté de Carcassonne, mais pour l’empêcher d’accomplir ce dessein, Roger 1er se dressa face à lui. Ce fut une bataille très difficile pour le comte de Carcassonne, car il était acculé de toute part, et son adversaire disposait d’une armée qui était vraiment supérieure à celle de Roger 1er.

Ce dernier fut en proie au dilemme entre rester sur le champ de bataille et périr ou de battre en retraite. Il décida au final de s’en remettre à Dieu, et dans ses prières, il invoqua Saint-Hilaire. Ses prières furent entendues. Saint-Hilaire apparut sur-le-champ de bataille à la tête d’une armée qui mit en pièce l’armée d’Oliba Cabreta. En guise de remerciement, l’abbaye de Saint-Hilaire se vit récompenser de divers présents par Roger 1er.

L’abbaye de Saint-Hilaire : un lieu de rencontre entre arts et culture

Depuis plusieurs années, l’abbaye de Saint-Hilaire est devenue un lieu prisé pour des artistes peintres, sculpteurs et même des photographes. Ces derniers ont la possibilité d’y exposer leurs oeuvres. Si vous faites un tour à l’abbaye, vous pourrez tomber sur diverses expositions.

Des manifestations culturelles et des spectacles sont fréquemment organisés dans l’église ou dans le cloître par l’association « Les Amis de l’Abbaye de Saint Hilaire ». Pour les concerts, la musique classique est mise à l’honneur. Avant de vous rendre dans le département de l’Aude, il serait bien de prendre connaissance des dates des manifestations pour profiter des festivités.

Conclusion

L’abbaye de Saint-Hilaire est un édifice qui se démarque des autres monuments du même genre en raison de son architecture, mais aussi de son histoire. Comme cela a été souligné, à cause d’une période fortement instable, l’abbaye a dû apporter des changements à son bâtiment.

Diverses parties de l’abbaye furent fortifiées. Il s’agit notamment des remparts et d’une herse, d’une tour de guet et même d’une prison ; le tout protégé par des gardes. Si certaines pièces ont été condamnées comme c’est le cas de la salle capillaire, les autres pièces sont accessibles au public.

Classés monument historique, l’abbaye de Saint-Hilaire est entourée de légende, et de nombreux évènements sont organisés chaque année dans ces bâtiments. S’il vous est donné l’occasion de partir en région Languedoc-Roussillon, faites un tour dans la ville de Saint-Hilaire, et venez découvrir son Abbaye.